À notre époque, où le travail d’équipe, la collaboration et l’interdépendance sont plus nécessaires que jamais, l’importance d’un bon leader est évidente. Mais tout le monde n’a pas ce qu’il faut, et les entreprises exigent que les postes de direction soient occupés par des personnes capables de pratiquer un type de leadership spécifique : le leadership empathique.

Mais en quoi le leadership empathique est-il différent ? Naît-on leader empathique ou le devient-on ? Dans cet article, on va tenter de répondre à cette question et à bien d’autres.

Le leadership empathique, en quoi consiste-t-il ?

Qu’est-ce que le leadership ? Il s’agit de la capacité à gérer un groupe de personnes ou une organisation en veillant à ce qu’il existe une vision claire des objectifs à atteindre, à ce que tous les membres de l' »équipe » soient motivés pour travailler à l’objectif commun et à ce que les conflits internes entre les différents membres du groupe soient résolus.

Bien que les caractéristiques énumérées ci-dessus soient communes à tous les leaders, il existe différents types de leadership. Certaines sont fondées sur le fait de faire passer le gain personnel avant les besoins du groupe, d’utiliser des techniques de manipulation et d’adopter une attitude arrogante et narcissique.

Au contraire, une personne qui choisit le leadership empathique sera capable de se mettre à la place des autres membres du groupe. Il s’efforcera également de comprendre les besoins du marché et de ses consommateurs et, ce faisant, sera en mesure de donner à chaque client exactement ce dont il a besoin.

Et ce n’est pas tout, un leader empathique sera également capable de communiquer efficacement au groupe les tâches à accomplir, afin d’éveiller en eux l’envie de travailler et de leur faire sentir qu’ils s’approprient les objectifs qu’ils atteignent.

Comment développer un leadership empathique ?

Selon les recherches menées à ce sujet, une personne qui souhaite opter pour un leadership empathique devra développer cinq compétences de base : l’empathie, l’enthousiasme, la gentillesse, la sérénité et la capacité à fixer des limites. Mais voyons-les en détail.

1. Empathie

Une personne qui entend devenir un leader émulatif doit être capable de se mettre à la place des autres. Mais l’empathie ne consiste pas seulement à comprendre ce que les autres pensent à un niveau rationnel : si vous voulez développer un leadership empathique, vous devez être capable de prévoir les réactions des autres.

Très peu de personnes ont cette capacité innée d’empathie envers les autres. Cependant, les recherches les plus récentes montrent qu’il est absolument possible pour la plupart des gens de travailler sur leur empathie.

2. Enthousiasme

Un bon leader empathique est capable de transmettre son désir de créer et de produire au reste de l’équipe. En effet, sa façon de diriger ne repose pas sur le fait de forcer les autres à accomplir ses tâches, mais sur sa capacité à insuffler courage et motivation.

Comment fait-il ? Un leader empathique est capable de mettre de l’énergie et de la passion dans tout ce qu’il fait, organise, propose et met en œuvre, donnant ainsi le bon exemple à ses collègues.

3. Bonté

Capable de se mettre à la place des autres membres de son groupe, grâce à son sens de la justice et à sa sensibilité aux problèmes, le leader empathique est également capable de trouver des solutions aux problèmes en les posant avec bienveillance.

Cela ne signifie pas qu’il se rend au travail pour être l’ami de ses employés, mais qu’il croit fermement qu’être au moins amical contribue à maintenir une bonne relation de travail et l’unité de l’équipe. Se rapprocher de ses employés lui permet de les pousser à se concentrer sur leurs points forts tout en agissant dans le meilleur intérêt du groupe.

4. Sérénité

Un leader empathique doit être capable de rester calme même dans des situations difficiles, émotionnellement éprouvantes ou stressantes. Pour être en mesure de gérer efficacement son groupe, il doit montrer l’exemple. Par conséquent, s’il se laisse emporter par ses impulsions, il finira par perdre le respect et l’estime de ses employés.

5. Capacité à fixer des limites

La dernière, mais cruciale, caractéristique qu’un aspirant leader empathique doit posséder est la capacité à fixer des limites, tant sur le plan personnel que professionnel. Bien qu’il soit capable d’empathie avec les autres membres de son groupe de travail, il doit savoir s’imposer et garder ses distances lorsque cela est nécessaire. Sinon, il cessera d’être un leader et deviendra un simple membre du groupe.

Si vous essayez de devenir un leader empathique, il est préférable que vous ayez de bonnes compétences en matière de communication, mais aussi un certain degré d’assertivité.