Comment reconnaître une dépression ? En ce qui concerne le travail et la santé mentale, comment un employeur peut-il reconnaître les employés déprimés et les aider à guérir ? Il y a de fortes chances que vous ayez à faire face à la maladie mentale et à ses effets dans votre entreprise

Cela n’est pas tant dû à une augmentation du nombre de cas de maladie qu’à l’amélioration des diagnostics : si l’on rencontrait autrefois davantage de problèmes de dos, d’estomac ou de circulation sanguine, aujourd’hui, les symptômes somatiques, c’est-à-dire physiques, peuvent être attribués à la psyché. Dans notre article sur le travail et la psyché, nous voulons vous aider à trouver la manière idéale d’aborder ce sujet difficile.

Travail et psyché : qu’en est-il de la santé mentale ?

Dans la plupart des langues, le bleu, est synonyme de tristesse et de dépression (par exemple, le lundi bleu). En Allemagne, nous disons que quelqu’un « fait du bleu ». Une jambe cassée, un cancer ou un gros rhume sont généralement considérés comme des raisons valables pour l’UA. La maladie mentale fait souvent l’objet d’idées préconçues telles que paresseux, fainéant, peu fiable. Les informations sont disponibles, mais le fardeau de la maladie mentale est impossible à appréhender. Ou bien pouvez-vous imaginer que se brosser les dents ou attraper la télécommande est en fait trop pénible ?

La dépression se manifeste au travail en dernier lieu

L’une des raisons pourrait être qu’une maladie mentale, telle que la dépression, commence insidieusement et ne devient perceptible au travail qu’à un stade avancé. On s’accroche à la façade saine jusqu’à ce que la souffrance ne puisse plus être cachée. Au plus tard lorsque le nombre d’erreurs augmente, les employeurs devraient chercher prudemment à discuter et à trouver des solutions communes. Dans le monde du travail, la stigmatisation des maladies invisibles, notamment des maladies mentales, continue de prévaloir.

Les maladies mentales peuvent toucher n’importe qui et doivent être prises aussi au sérieux que les affections physiques. En tant que maladies invisibles, l’acceptation de la personne affectée ainsi que de son environnement est un obstacle majeur qui peut retarder la guérison. La façon dont vous reconnaissez les employés déprimés est liée à votre attitude envers le travail et le psychisme. Vous pouvez aider les employés déprimés si chacun reconnaît la maladie comme telle. Les généralisations sont déplacées et constituent un fardeau supplémentaire.

Des maladies différentes, des symptômes différents

Les personnes atteintes de maladies mentales ou émotionnelles ont perdu leur équilibre en raison d’un ensemble de facteurs (génétique, socialisation, comportements, gestion du stress, événements de la vie). C’est pourquoi ces maladies n’épargnent pas les ouvriers, les employés ou les cadres. Tout comme l’environnement de travail n’est pas le seul facteur qui rend les gens malades, la personnalité n’est pas le seul facteur. De la même manière, la manifestation de la maladie mentale varie, non seulement dans les différents tableaux cliniques, mais aussi dans la variété des symptômes. Vous pouvez trouver un podcast qui vaut la peine d’être écouté sur le burnout dans les métiers spécialisés ici !

Dans notre article, nous décrivons principalement comment faire face à la dépression, car c’est l’une des maladies mentales les plus courantes. Même ici, les informations typiques sur les symptômes tendent à être la tristesse, la fatigue, le manque d’appétit, l’apathie. On sait moins qu’il existe des dépressifs moteurs qui ne peuvent rester assis, une torpeur complète (stupeur) ou des expressions purement psychosomatiques. Toutes les manifestations ont une chose en commun : une charge énorme pour la personne qui en souffre et une atteinte à l’état de santé.

Risques du travail et du psychisme des deux côtés

Lorsqu’un employé commet des erreurs ou rend des bulletins jaunes plus souvent, le stress de la maladie est généralement élevé. Le travail d’un employé lui procure une structure et l’aide à lutter contre l’isolement social. Si l’atmosphère de travail est bonne, le lieu de travail peut aider à lutter contre la maladie et l’énergie nécessaire est compensée pendant le temps libre. Dans les cas plus légers, l’entourage ne remarquera la maladie qu’une fois cette phase d’altération affective (émotionnelle) terminée. Dans le cas d’une dépression nécessitant un traitement, le cas est différent. Les manifestations de la maladie vont de la dépression, de l’irritabilité, de l’absentéisme fréquent ou du manque de fiabilité au manque de concentration, qui met en danger le lieu de travail. Les signes et les symptômes sont aussi variés que les personnes atteintes de dépression.

Pour le salarié, la question de la « maladie » est cruciale. Les médecins traitent la santé mentale comme une marâtre, souvent avec des troubles somatiques, et la maladie est mal reconnue. Des problèmes tels que la fatigue, la tristesse ou la perte d’appétit surviennent indépendamment de la santé mentale et d’autres explications sont utilisées. Les sentiments, en particulier, sont rarement abordés lors de l’examen des acouphènes ou de la pression gastrique. La recherche d’aide est retardée et la maladie prend toute son ampleur. Même un traitement n’a pas l’effet d’un comprimé contre les maux de tête : des semaines et des mois peuvent s’écouler avant que la dépression ne s’améliore.

Entre-temps, l’employeur a un employé dont les performances diminuent. D’abord insidieusement, jusqu’à ce qu’elle devienne soudainement perceptible dans l’entreprise. Si des erreurs sont commises, cela entraîne des coûts que l’entreprise supporte. En cas de défaillance, les employés doivent intervenir ou les rendez-vous doivent être reprogrammés. L’employé est devenu un employé à risque et personne ne sait pourquoi et s’il sera absent pendant une période plus longue.

C’est précisément pour cette raison que les entreprises sont aujourd’hui plus nombreuses à se préoccuper de la santé mentale et à élaborer des plans d’avantages sociaux pour les employés. Les employeurs et les employés concernés peuvent accéder à une variété d’aides qui sont généralement difficiles à obtenir en cas de dépression.

Reconnaître les employés dépressifs et remplir le devoir de diligence

Saviez-vous ce qui occupe vos employés dans leur vie privée ? Y a-t-il des passe-temps, des partenariats, des enfants ? Toutes les entreprises ne parlent pas de leur vie privée, et elles ne sont pas obligées de le faire. Ce qui est problématique, ce sont les expériences brutales qui perturbent l’équilibre et déclenchent une dépression à long terme, comme les séparations, les deuils et les accidents, par exemple au travail. Afin de reconnaître les signes de dépression et d’autres maladies, les personnes concernées et leurs proches ont besoin d’informations sur les symptômes et les plaintes.

Sur le lieu de travail, une approche non ciblée du travail, une baisse des performances ou de l’humeur, par exemple pendant certaines phases de la journée, sont possibles, entraînant des erreurs. Le retrait des événements sociaux peut être un signe d’alerte. Grâce à une culture ouverte de la discussion, vous pouvez remplir votre devoir de diligence et rechercher ensemble une solution liée au travail.

Travail et psyché : le tact dans la conversation personnelle

Si vous remarquez divers signes de dépression, il est préférable de chercher à avoir une conversation personnelle dans un moment de calme. Par exemple, demandez à votre employé comment il va et si quelque chose le dérange. Tenez-vous-en aux messages « je » et notez vos observations. Si vous répondez de manière à trouver des solutions plutôt que d’accuser, la personne concernée peut s’exprimer plus librement. Il s’agit également de savoir si l’environnement de travail a changé (mot-clé « intimidation ») ou si un changement serait utile. En cas de problèmes dans un seul secteur d’activité, une affectation temporaire dans un autre secteur est judicieuse.

Si votre employé est stressé dans sa vie privée, une réduction des heures de travail est envisageable. L’important dans une conversation de ce type est de créer une atmosphère de compréhension sans pression ni sentiments négatifs. Si votre employé lutte contre la dépression, la conversation en tête-à-tête sera probablement assez effrayante.

Approches orientées vers les solutions pour le travail et le psychisme

Les solutions élaborées ensemble ne sont pas seulement utiles en cas de dépression, mais aussi dans une situation autrement tendue. Si des rénovations sont effectuées dans la vie privée ou si un enfant est né, il peut également y avoir un manque de sommeil et des problèmes. Les listes de contrôle des tâches, le réaménagement de l’environnement de travail ou des horaires de travail peuvent soulager les employés consciencieux et les aider à travailler comme d’habitude. En aucun cas, vous ne devez prendre des décisions qui vous dépassent ou retarder le reste de votre équipe. Si des plaintes psychologiques sont en cause, la mauvaise conscience est beaucoup plus prononcée chez les personnes affectées de décevoir les autres.

Dépression et maintenant ?

Votre employé est-il venu vous voir pour vous parler de sa dépression et de son mal-être ? Félicitations, vous avez un bon taux de rétention des employés ! Ou dans une conversation personnelle, il se cristallise que c’est ou pourrait être des symptômes dépressifs ? Ensuite, faites des plans pour le traitement et un futur aménagement du lieu de travail. Les informations sur les différentes options de traitement peuvent être clarifiées par les soins médicaux ou l’assurance maladie. Ne soyez pas surpris si la recherche d’un spécialiste ou d’un thérapeute peut prendre des semaines ou des mois. En fonction de la relation de confiance et des symptômes, vous pouvez aider à la recherche ou proposer de faire des recherches, par exemple auprès du bureau de répartition de l’association des médecins de l’assurance maladie obligatoire.

En cas de dépression grave et d’autres troubles, un séjour hospitalier avec réinsertion professionnelle ultérieure (BEM) peut être utile. Les chances de guérison par le traitement augmentent lorsque les craintes et les inquiétudes concernant le lieu de travail ont été éliminées. D’autant plus que le travail joue un rôle majeur dans la lutte contre la dépression en offrant une structure, une participation sociale et un sentiment d’accomplissement. Le lieu de travail peut aider les personnes dépressives à se réinsérer dans la vie et à atténuer les symptômes. La règle suivante s’applique ici : les déclarations générales ne fonctionnent pas et toutes les aides ne sont pas efficaces pour chaque dépression. Les symptômes d’échec doivent être compensés, l’observation et l’auto-évaluation faisant partie de la solution, de même que des séances de feedback régulières.

La dépression et l’anxiété sont difficiles à expliquer sur le plan rationnel 

Les maladies mentales sont individuelles et ne peuvent généralement pas être expliquées rationnellement. Un jour, l’employé est joyeux et de bonne humeur, le lendemain, il est en retard, fatigué et fuit les appels téléphoniques. Outre les symptômes psychologiques de la dépression, le corps est également affecté par la tête. Un besoin élevé de sommeil, des insomnies, une altération de l’appétit, des troubles des sens et de l’anxiété sont généralement en contact avec la dépression. De même, la santé physique est mise à mal, les membres sont lourds comme du plomb ou le cœur s’emballe.

Les multiples problèmes de la dépression rendent impossible la recherche d’une solution et d’un traitement simples, et difficile la détection précoce dans l’environnement de travail. Si un membre de votre équipe s’est confié à vous, essayez de trouver des solutions ensemble, même si vous ne comprenez pas les problèmes. Il peut s’agir, par exemple, de confier les tâches téléphoniques ou les visites aux clients à quelqu’un d’autre parce que l’insécurité de l’employé est trop grande.

Prévention en matière de santé mentale

Les grandes entreprises ont leur propre gestion des soins de santé, dans la grande majorité il y a peu de conditions cadres. En règle générale, personne ne devient dépressif uniquement à cause de son travail : l’environnement psychosocial avec les collègues, l’environnement de travail et la culture d’entreprise ont une influence nettement plus importante. La conception du travail fait le reste : le sentiment de réussite est psychologiquement précieux, tout comme la reconnaissance par les responsables.

Structures et tâches claires

Le surmenage au travail est un facteur de risque sur le plan psychologique. Lorsque la réflexion est ralentie par la dépression, elle conduit rapidement à une surcharge. Si un nouvel employé commence sans une initiation idéale, des erreurs peuvent se glisser au fil du temps et vous laisser perplexe. Une gestion des processus de l’entreprise et une culture de l’erreur orientée vers les solutions et l’amélioration constante vous aideront, vous et vos employés, à rester en contact et à adapter les exigences du travail.

La formation au sein de l’industrie est une méthode idéale pour ancrer les procédures souhaitées. Il est payant de consacrer du temps à la planification de la formation pour une réussite à long terme. Fixez des objectifs réalisables et des étapes intermédiaires, car atteindre cette marque libère des sentiments de bonheur et va à l’encontre de la roue du hamster monotone.

La nécessité d’un environnement de travail bénéfique sur le plan psychologique

Comment vos employés travaillent-ils ? Saviez-vous comment est la lumière, si le tube vacille, si la chaise est convenablement ajustée ? Vos employés ont-ils demandé des choses pour le bureau ou l’atelier,  pour l’ambiance, etc. De nombreux stimuli sensoriels sont importants pour notre état mental. La lumière du soleil et la vitamine D, des couleurs et des sons agréables qui ne vous mettent pas littéralement sur les nerfs. Les plantes peuvent avoir un effet positif, du moins si quelqu’un en prend soin.

La dépression peut découler de problèmes physiques. La douleur, en particulier les douleurs chroniques comme les problèmes de dos, peut entraîner des problèmes psychologiques. L’équipement ergonomique est important, au plus tard à la première douleur.

Incitations à la résilience mentale

L’exercice aide à réduire l’adrénaline, et donc le stress, dans le corps et contribue à un meilleur équilibre de l’esprit. Cela ne signifie pas que vous devez programmer un marathon d’entreprise, mais vérifiez le mouvement dans votre entreprise. Prédominance de la sédentarité, de la station debout, de la conduite ou des travaux pénibles ? Il est difficile de pousser les autres à faire plus d’exercice. Avec la dépression et les signes dépressifs, la fatigue et la lourdeur musculaire sont déjà un immense obstacle.

Les conseils de prévention consistent à faire plus d’exercice au quotidien et à adopter une alimentation saine : campagne de l’ADFC sur les vélos, marche de 10 000 pas par jour, distribution de fruits et d’eau minérale, les possibilités sont nombreuses et, avec les bonnes incitations, vous pouvez motiver vos employés. Ici aussi, vous devez découvrir dans la conversation ce qui est une idée réalisable et ce qui fonctionne comme récompense lorsque l’objectif est atteint.

Que faire en cas d’urgence ?

L’AU de votre employé est en place, six semaines prévues de congé de maladie, d’hospitalisation, d’absence totale. Reprogrammer les quarts de travail, peut-être trouver des problèmes, et dans six semaines, c’est comme d’habitude. Vous êtes sûr ? La dépression au travail devrait vous inciter à examiner vos propres conditions de travail. Des facteurs de stress ont-ils provoqué la dépression de votre employé ? C’est le moment idéal pour demander à l’équipe si des changements seraient judicieux. S’il y a surcharge de travail, il faut trouver d’autres moyens que les innombrables heures supplémentaires pour préserver la santé mentale de vos employés à long terme.

Votre employé malade n’a qu’une seule tâche : guérir. La dépression est souvent sous-estimée, tout comme votre propre capacité à y faire face. Selon la voie choisie, le traitement peut s’accompagner d’effets secondaires importants et est généralement de longue durée. En fonction de la situation initiale, vous pouvez obtenir des informations auprès des proches ou maintenir un contact direct avec votre employé. Ici, ce sont les personnes qui vous traitent et la personne concernée qui sont responsables !

Votre tâche reste la gestion et, selon la nécessité, la recherche d’un remplacement à court ou à long terme. Le BEM, la restructuration en cas de réintégration ou les possibilités d’une subvention d’inclusion en cas de handicap identifié peuvent être envisagés dans une discussion commune. Le taux élevé de retraite anticipée due à des problèmes psychologiques montre la gravité de la maladie. Pour une vie saine et satisfaite, une consultation sur la réadaptation par la DRV (assurance pension allemande) est une bonne idée.

Travail et santé mentale : conclusion

La dépression prive de sommeil, d’énergie, de volonté de vivre et peut présenter toute une série d’autres symptômes. Si le diagnostic est posé à temps, il est possible de retrouver une vie normale grâce à un traitement adéquat et à un mode de vie adapté. En tant qu’employeur, vous ne devez pas considérer la dépression éventuelle d’un employé comme une excuse ni l’emballer dans du coton. La perception de soi et les performances sont généralement altérées.

C’est pourquoi vous devez créer un espace de discussion lorsque des problèmes surviennent, offrir de l’aide si vous le voulez et le pouvez, et faire preuve de compréhension. Grâce à un traitement efficace, la dépression reste une maladie grave, dont les symptômes peuvent être atténués de diverses manières.